Antoine Gamard est né en 1977.

Il est diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Dans l’atelier du peintre Claude Viallat il commence à étudier le sens donné aux logotypes. Sa recherche autour de la « traduction visuelle » de l’image de marque se poursuit en sérigraphie avec le groupe réuni par Michel Salsmann de 1999 à 2003 puis au sein de l'agence de communication DDB Paris. Plusieurs périodes se succèdent dans son oeuvre. Le tournant le plus radical est marqué par la décision d’intégrer dans ses toiles des représentants du règne animal qui s’inscrivent, tel un collage surréaliste, dans un décor urbain tissé de graffitis. C’est un monde onirique qu’il dépeint où l’émerveillement face à la Création s’oppose à notre contemporanéité.

Au-delà des lettres et des couleurs, découle-à-l’inverse un regard singulier et posé sur le monde. Ses graffitis racontent l’histoire belle, triste et poétique des métropoles. Ils sont la mémoire des villes et cette trace sera l’expression de son histoire, de son regard et de sa subversion ou de son attachement à une école. Cette trace sera l’Art…

L'écriture est sauvage tout autant que les mythes qu’elle côtoie.

Dans sa représentation du chemin de croix, inauguré à la basilique Saint-Sernin de Toulouse en 2020, l’artiste utilise une succession de mots pour planter le décor. Ses graffitis sont le décor : une vision du réel où un verbe en verve s’attache à fouiller les interstices. Où sommes-nous réellement ? Un monde fragile-précaire se dévoile où les graffitis s’opposent à la Nature. Une opposition de façade puisque ces deux éléments ont en commun le caractère éphémère de leurs essences. Gamard utilise un processus où l’inconnu de l’oeuvre est en même temps l’utopie de son dire...

Suivre sur Instagram :

  • Instagram

2/11