GAMARD 1977

Manifeste 2021-08-31   

Le graffiti caractérise son esthétique et il prend plaisir à l’intégrer dans ses peintures animalières. Les mots utilisés comme décors montrent son désir de créer un parallèle entre l’Homme et la Nature, l’instinct qui nous habite et son expression. Sauvage, civil, libre, c’est avant tout sa façon de montrer qui importe à l’artiste. Montrer le monde comme le rêve merveilleux et faux de l’enfance. La mémoire y est convoquée : l’origine où le Verbe se conjugue toujours au présent. Peuplé d’animaux et de signes ; civil et civilisé, son art n’en est pas moins sauvage, seul moyen de transfigurer l’expérience douloureuse de l’âme humaine en Beauté. Gamard expose ses premiers animaux  dans un Paris eighties « déchiré » et envisage dès 1999 de montrer une peinture où la forme et le fond se confondent. Inspiré de sa vie amoureuse, de la beauté et de la mort, sa nouvelle série abandonne tous procédés mécaniques. On y retrouve la trace de son travail exigeant, pointilleux, maniaque. Minutieux dans les détails, Gamard l’est aussi pour la cohérence de son œuvre. Si chaque série peut se lire indépendamment, elles ont ce point commun : celui d’une âme, depuis ses illusions jusqu’à sa mort. Son expressionnisme urbain  nous invite à voir la beauté partout. Ensemble !

Démocrite